Pourquoi l'éducation fonctionnelle ?

L’éducation fonctionnelle est un traitement de prévention et d’interception des dysmorphoses : c’est une prise en charge globale du jeune patient en respectant son individualité.

Pourquoi l'éducation fonctionnelle ?

En denture lactéale, c’est un traitement précoce de prévention ; en denture mixte, un traitement d’interception pour guider les dents en les amenant en position d’éruption ; en denture permanente, une correction dentaire.

Mais, au-delà des dents, l’approche doit être faite sur l’ensemble de la face de l’individu : le patient, quel que soit son âge, présente un ensemble de dysfonctions. “Plus on agit tôt, plus la physiologie peut être modifiée, plus on agit tard, plus c’est le concept orthodontique qui doit s’adapter au patient” (Carl GUGINO).

On peut changer la fonction par la modification du comportement du patient en agissant dans trois dimensions :

    • transversale,
    • verticale,
    • antéropostérieure,

et en considérant une quatrième dimension qui est celle du temps : “donner du temps au temps”. C’est l’intérêt de l’éducation fonctionnelle.

Cette éducation fonctionnelle ne prend toute sa valeur que si l’enfant comprend la nécessité du traitement, il doit y avoir conscientisation du patient qui devient “acteur” de son éducation fonctionnelle et autonome vis-à-vis de ses dysfonctions.

Les moyens de traitement

Ils sont mis en œuvre en fonction de l’âge du patient : écrans buccaux, position-trainer, myobrace, Multi-Possibilités pour réaliser cette éducation fonctionnelle. Ils nécessitent des exercices associés, ce sont des moyens actifs. L’enfant doit recevoir des explications et faire des exercices musculaires et respiratoires.

Les moyens se classifient en deux types d’appareils :

  • Appareils d’éducation fonctionnelle
  • Guides d’éruption : occluso-guide, myobrace et multi-possibilités.

APPAREILS EDUCATION FONCTIONNELLE :

Sans titre-1.jpg

Les écrans buccaux présentent des avantages par rapport aux grilles : la grille est en effet un moyen passif ; or l’éducation fonctionnelle doit être active au niveau de la respiration et de la déglutition par exemple, afin de conscientiser le patient. Les écrans buccaux et les position-trainer sont des aides mnémotechniques, mais le patient doit rester acteur de son éducation.

Sans titre-2.jpgSans titre-3.jpg

Le position trainer prend en compte les dents du haut et du bas en intégrant une propulsion, de plus une languette permet de montrer à l’enfant où positionner la pointe de sa langue. Il est souple et épais au niveau postérieur ce qui donne une souplesse au niveau des molaires et descend le condyle. Il sert par ailleurs de guide pour l’évolution des dents définitives.

Sans titre-4.jpg

Le Position-trainer T4B qui peut être porté avec les dispositifs fixes multi-attaches.

Sans titre-5.jpgSans titre-6.jpg

Le myobrace améliore l’action du Position-Trainer dans des cas spécifiques, classe II deep bite, maxillaire étroit et classe III. Il possède des ailettes vestibulaires et une enveloppe qui remonte la langue.

LE GUIDE D’ERUPTION :

Sans titre-7.jpg

Le Multi-T, sert de guide d’éruption pendant le passage de la denture mixte à ledenture définitive et s’inscrit dans la continuité logique du position trainer.

Il est, de plus, souple et réalisé en silicone ce qui permet de le stériliser en cabinet, ou, pour le patient, de le désinfecter au domicile dans l’eau bouillante. La motivation du patient est sollicitée grâce à un outil élaboré spécifiquement et qui suit le patient dans les étapes de la réalisation et de la progression de son éducation fonctionnelle.


Les appareils sont portés la nuit et 4H00 par jour sur une période active de six mois puis après en maintenance. Les enfants sont surveillés comme le ferait un pédiatre avec la croissance.
Parallèlement, la gestion du sens transversal peut nécessiter une phase mécanique à l’aide d’auxiliaires tels que : Quad Hélix, Crozat,...

Cette éducation fonctionnelle va permettre, en utilisant le potentiel de croissance, de réduire la durée du traitement fixe ultérieur. Elle permettra également une meilleure stabilité du cas dans le temps.

Cependant, ce n’est que dans un nombre de cas minime qu’elle pourra éviter un traitement fixe ultérieur.

Ne pas s’occuper ou déléguer à d’autres cette partie fonctionnelle de l’orthopédie dento-faciale amène à des échecs thérapeutiques et à une “perte de chance pour le patient”.

Nous devons maintenir cette éducation fonctionnelle durant tout le traitement.

CONCLUSION

Un traitement pré-orthodontique de prévention ou d’interception par traitement des problèmes fonctionnels chez l’enfant jeune est primordial. L’éducation fonctionnelle peut résoudre à elle seule, pour des cas simples, certaines dysmorphoses légères, ou sinon réduire la durée du traitement orthodontique ultérieur plus lourd et plus difficile. Elle évitera de temps en temps des extractions dentaires et augmentera la stabilité des cas.

Article rédigé par le praticien le 28/07/2014